Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00063
Titre critique breton : An daou vreur
Titre critique français : Les deux frères
Titre critique anglais : The two brothers
Résumé :
– « Si je dois partir à l’armée, qui gardera Berjeren? ». – « Confie-la moi, mon frère, je la mettrai avec mes trois demoiselles ».
Sitôt le frère parti, Berjeren est envoyée sur la lande à garder les moutons. Elle ne fait que pleurer pendant sept ans; le huitième, elle se met à chanter.
Passe un jeune dragon qui reconnaît la voix de sa bien-aimée. Il interroge la jeune fille. – « Avez-vous bien dîné? ». – « Oui, de pain sec ». – « Depuis quand gardez-vous les troupeaux? ». – « Depuis sept ans ». – « Où est votre mari? ». – « Parti à l’armée ». – « Le reconnaîtriez-vous? ». – « Oui, il avait des cheveux blonds comme les vôtres ».
Arrivée du soldat au manoir. On lui propose un lit et une femme de chambre s’il le désire. Son frère avoue que Berjeren garde les moutons.
– « Si tu n’étais mon frère, je tremperais mon épée dans ton sang ». Reconnaissance du soldat et de Berjeren et consolations.

Thèmes : Retour du guerrier (à caractère ancien)
Note :
La Villemarqué y voit un départ à la croisade.
L’abbé Cadic, aidé en cela par un des vers parlant de guerre en Hollande, propose le conflit entre la France et la Hollande 1672-1679.

Par ailleurs, les versions européennes sont multiples. Arthur de la Borderie pense à un gentilhomme accompagné de son page et que Berjeren est un nom propre et non la bretonnisation du mot français « bergère ».

Comparaison entre versions :
– Un jeune gentilhomme = marchand = jeune dragon = jeune monsieur = chevalier = Fransez an Nenan.
– Bergeren = itron ar Faouet = itron a maner ar Faouet = Berjelen.

Études

Versions (26 versions, 57 occurrences )

Renvois



Retour à la recherche
Contact Page Facebook