Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00108
Titre critique breton : Emsavadeg merc’hed e Pondi
Titre critique français : Révolte de femmes à Pontivy
Titre critique anglais : The women’s revolt in Pontivy
Résumé :
Je suis un pauvre homme qui cherche son pain.
– « Si vous allez à Pontivy, sûrement vous serez tué ». Arrivé à une lieue de Pontivy, deux jeunes gens me dirent : – « N’allez pas à Pontivy, il s’y est levé une grande révolte de femmes ».
Au Martray, je les vis faire le diable, le maire couvert de beurre, d’œufs, la ceinture déchirée.
Le gendarme en a mené deux à la prison et voici les soldats. – « Que voulez-vous faire à nos femmes ? Elles tentent de défendre leurs frères. Gendarmes, restez donc sur les routes à ramasser le crottin ».
Je vous trouve sots, paysans, de travailler toute la semaine pour envoyer votre argent à Pontivy le lundi.

Thèmes : Satires sociales, critique des lois, critique des politiciens
Note :
[de F. Cadic] : A la suite de la Chouannerie, puis des révoltes de Réfractaires, Pontivy s’est longtemps trouvé en butte avec les populations paysannes légitimistes des alentours, particulièrement sous Napoléon III et jusque sous la 3e République. D’où des scènes de jacquerie.
Au début du règne de Napoléon III, le maire était M. Ysop. Sa décision d’augmenter les taxes sur les produits vendus au marché déclencha cette révolte.
Ce chant a été composé par Jacques Coinec, l’aveugle légitimiste de Séniel.
En 1833, une autre révolte de femmes, pour les mêmes raisons, faillit valoir à l’adjoint de goûter l’eau du Blavet.

Versions (4 versions, 10 occurrences )



Retour à la recherche
Contact Page Facebook