Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00134
Titre critique breton : Ar veleien marv en erc’h
Titre critique français : Les prêtres morts dans la neige
Titre critique anglais : Priests dead in the snow
Résumé :
Quand les prêtres revenaient de recevoir les Ordres, la neige tombait à gros flocons.
A Plescop, on leur avait dit : – « Logez, logez ! ». Mais ils voulaient avancer. Même invitation à Grandchamp. Les prêtres voulaient arriver jusqu’à Lopérec. Mais à Lopérec, personne ne voulut les loger. Ici les gens préfèrent recevoir des voleurs que des prêtres.
– « Courage, il nous faut aller plus loin ». – « Comment aurions-nous du courage, on ne voit aucun sentier, sinon la maisonnette appelée le Stouben ». – « Courage, à Vougouzerh, chez Jégat, nous serons logés ».
– « Continue qui le veut, je ne puis résister. Mes pieds et ma langue sont glacés. Prends mon mouchoir et donne-le à ma sœur Henriette, qu’elle pense à son frère prêtre, mort à Lanvaux dans la neige.
Dis à ma mère que si j’étais allé à la maison, j’aurais chanté l’évangile auprès du prêtre, au bourg de Baud, la nuit de Noël.

Thèmes : Accidents, drames, incendies, noyades, suicides
Note :
[de F. Cadic] : F. Cadic pense que l’événement date du temps où, faute de séminaires, les prêtres recevaient une formation localement dans les couvents ou les presbytères. Une fois instruits, ils allaient auprès de l’évêque recevoir les Ordres.
Le concile de Trente institua les séminaires diocésains... d’où la création de celui de Saint-Malo en 1645, Vannes en 1665, Quimper en 1667.
Le souvenir de ce drame ayant bien survécu dans les mémoires, il pense raisonnable de le situer dans les années qui précédèrent la fondation du séminaire de Vannes.

Comparaison entre versions :
Penguern parle de quatre clercs partis recevoir les Ordres et du village de Loqueffret.

Versions (3 versions, 6 occurrences )



Retour à la recherche
Contact Page Facebook