Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00149
Titre critique breton : Bugel al laoureg
Titre critique français : La fille du lépreux
Titre critique anglais : The daughter of the leper
Résumé :
Celui qui veut avoir pitié, qu’il aille lundi à Châteauneuf voir pendre et brûler la plus belle femme qui soit et entendre une orpheline de cinq ans se disputer avec le Sénéchal.
La mineure disait à la justice : – « Laissez ma mère rentrer à la maison, j’irai à sa place dans le feu ».
– « Dieu n’a pas dit que l’on pouvait mourir l’un pour l’autre. Petite mineure, vous ne verrez plus votre mère, elle a été jugée et condamnée à être pendue puis brûlée ». – « Ma marraine, dites-moi, quel crime avait-elle commis ? ». – « Elle a mis au monde un enfant et l’a tué sans le baptiser ». – « Nul enfant n’est aussi malheureux que moi. Ma mère, pendue à Châteauneuf et mon père, lépreux sur la montagne ».

L’enfant de cinq ans disait : – « Je vais laver la chemise de mon père. Voici trois ans qu’elle ne l’a pas été ».
– « Mon enfant, où est votre mère ? ». – « Elle a eu un enfant et a été pendue pour l’avoir tué ». – « Pourquoi avoir fait ca ! J’étais vivant, elle aurait pu rejeter la faute sur moi. Eloignez-vous, mon enfant, car si le vent tournait, il vous contaminerait en passant par le trou de la serrure ». – « Mon père je resterai près de vous jusqu’à la mort ».
La pauvre enfant a trop souffert pour son âge et mourut à côté de son père. Là où elle mourut un bel ange s’est élevé, un arbre a jailli et de ses feuilles coulent des larmes.

Thèmes : Épidémies, famines ; Résumés de vie, destinées, vies de personnages historiques

Versions (15 versions, 34 occurrences )

Renvois



Retour à la recherche
Contact Page Facebook