Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00152
Titre critique breton : Ar c’hloareg c’hoant gantañ bezañ kapusin
Titre critique français : Le clerc qui veut être capucin
Titre critique anglais : The cleric who wants to be a capuchin
Résumé :
Comme je dormais un ange est venu me dire : – « Laissez là le vin, les filles, la soie et le velours. Dieu vous appelle pour sincère pénitence ».
– « Mon père et ma mère, je veux me faire capucin ». – « Faites-vous prêtre, que nous ayons le bonheur de vous voir le dimanche faire le tour du cimetière ». – « Etre prêtre est une lourde charge, outre son âme, on la charge de celle des autres ».
– « Faites-vous avocat ». – « Etre avocat est difficile. Il faut trouver mille prétextes pour que le faux soit vrai. Je ne demande rien qu’une douzaine de mouchoirs pour sécher mes larmes au regret de mes fautes ». Adieu père, mère. Adieu ma paroisse de Huelgoat.
Huit ans après, son père et sa mère veulent le voir.
– « O Seigneur, que la mère est folle de ses enfants pour être venu de cinq cents lieues pour me voir, ce que je n’ai jamais mérité ».

Thèmes : Résumés de vie, destinées, vies de personnages historiques
Comparaison entre versions :
– Le clerc de Huelgoat devient capucin dans un grand collège d’Espagne (Vallée ne dit pas pourquoi il titre Kapusin ar Gwenn).
Le clerc de Kroas ar Mendy va au couvent = da velin ar roue (Penguern).
Clerc du manoir de Tromelin (sans préciser ses raisons, H. de Kerbeuzec date ce chant du XVIe). Manoir de Tromelin en Plougasnou. Les ruines de sa chapelle, recueillies, ont formé le sanctuaire du couvent de Pontplancouet, dans la même paroisse.
Le clerc de Plourin, de Huelgoat va au couvent de Perhet.

Versions (5 versions, 8 occurrences )

Renvois



Retour à la recherche
Contact Page Facebook