Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00156
Titre critique breton : Mab ar brigant
Titre critique français : Le fils du brigand
Titre critique anglais : The son of the brigand
Résumé :
Sur un jeune homme instruit et riche, aux souliers cloutés d’argent.
– « J’ai séduit une jeune fille et, à cause d’elle, je serai décapité. Dans les prisons de Nantes, nul ne venait me voir sinon les rats et les souris. Maintenant, dans la prison de Vannes, tous viennent me voir pour savoir si j’ai tué ou volé. Je n’ai commis aucun crime mais aimé une jeune fille ».
Sur l’échafaud, il voit venir sa mère portant un plat d’argent pour recueillir sa tête quand elle roulera.
– « Mon pauvre corps sera, lui, jeté contre le talus pour nourrir les corbeaux et les pies et les loups, s’ils veulent venir ».
Comme grâce ultime, il réclame son biniou : – « Moi, qui étais si gai sonneur, que je réjouisse encore vos cœurs ».
Assis sur son billot, comme il jouait, les larmes lui coulaient des yeux. Les femmes se tournaient pour pleurer.
L’héritier Le Dorz ne sera pas tué car Madame Le Comte l’a gracié.

Thèmes : Résumés de vie, destinées, vies de personnages historiques
Note :
Événement non situé historiquement : les détails du texte font penser à un noble. Décapité (et non pendu), transféré de Vannes à Nantes pour son exécution, tête recueillie sur un plat d’argent…

Comparaison entre versions :
Minour an Dorh a Landevant = mab er brigant = kloareg ar C’hlaouder.

Versions (23 versions, 36 occurrences )

Renvois



Retour à la recherche
Contact Page Facebook