Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00205
Titre critique breton : Ar mab henañ lazhet gant ar vamm
Titre critique français : Le fils aîné tué par la mère
Titre critique anglais : The eldest son killed by the mother
Résumé :
Alliette Roland a tué son fils aîné pour faire seigneur le plus jeune.
Armée de son grand couteau, elle demandait à son fils Boisgelin :
– « Où est le mal dont vous souffrez ? ». – « Entre ma tête et mon cœur j’éprouve une douleur déraisonnable ».
– « J’ai ici un remède pour guérir votre mal ». – « Mon frère, laisse-moi la vie, je te donnerai toutes mes rentes ».
Alliette redescend, le sang jaillissant de ses chaussures, face à la réprobation de sa servante et de son page à qui elle commande d’aller chercher du vin pour son maître Boisgelin.
Le seigneur de Pencréan arrive et demande Boisgelin. Le frère assassin essaie de lui faire croire qu’il est malade.
Arrive un archer pour prendre Alliette Rolland. – « Si j’avais écouté ma servante, j’aurais sauvé trois vies : celles de mes deux fils et la mienne ».

Thèmes : Assassinats par jalousie ou vengeance ; Infanticides
Note :
[de Luzel] : Boisgelin : château en Pléhédel.

Comparaison entre versions :
– Alliette Roland = Helierolland = Madame er Promer = itron er Pontcallec.
La table des chants établie par Mme de La Villemarqué accuse « M. de Pontker ».
– Boisgelin = va c’henderv Helen (pour le seigneur de Kermenguy).
– Kermenguy = seigneur de Pencréan = otrou an Doujet.
Les versions vannetaises parlent de Pontcallec, les versions trégorroises et du Léon de Boisgelin. Or la Noë Verte, à côté de Boisgelin, appartenait aux Guer de Pontcallec…

Études

Versions (14 versions, 24 occurrences )



Retour à la recherche
Contact Page Facebook