Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00237
Titre critique breton : Gwerzhet d’ur Jouiz
Titre critique français : Vendue par sa famille à un Juif
Titre critique anglais : Sold by his family to a Jew
Résumé :
En revenant de travailler, je rencontrais un Juif : – « Jeune fille, vous fiancerez-vous ? ». – « Ce n’est pas dans les carrefours que se font les fiançailles ».
En arrivant à la maison, Isabelle ar Yann dit à sa mère : – « Préservez-moi des Juifs ».
Le grand Juif demande à voir Isabelle et fait le tour des chambres. – « Ma mère, avec le Juif, faudra-t-il aller ? ». – « Ma fille, demandez à votre frère Louis. Il faudra aller puisque le prix est touché ».
Elle demande quelle robe mettre et dit adieu à ses père, mère, maudissant son frère Louis qui l’a vendue.
Les larmes aux yeux, elle refuse toutes les offres du Juif (goûter du vin de son cellier, compter l’or dans ses chambres...). Après neuf mois, elle eut du contentement à réchauffer un petit Juif.
– « Oiseau, faites mes compliments en Bretagne, sauf à mon frère Louis qui m’a vendue au Juif ».

Thèmes : Enlèvements
Note :
Vallet de Virville a montré que La Villemarqué n’avait pas lieu d’identifier le baron Jaouioz (baron languedocien du XIVe) dans ce chant.
Suivant l’opinion de Gwilhom ar Yann (Revue Celtique, tome 2), Maodez Glanndour propose de voir dans ce chant un Juif ou plutôt un Suisse, et, à en juger par la langue et la forme du chant, il le date du XVIIe siecle au minimum.

Comparaison entre versions :
Izabell ar Iann, ar jouis, Louis = Iliedik, (ar souiss, ar c’houis, ar jouis, ar jowis), de Kerlouan = Louizan ar Rouz, ar jouis, Louis = Tinaïk, ar baron Jaouioz, Lannik = frère Alan, du Tireden.

Études

Versions (15 versions, 34 occurrences )

Renvois



Retour à la recherche
Contact Page Facebook