Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00264
Titre critique breton : Ar plac’h dimezet gant an diaoul
Titre critique français : La fille mariée avec le diable
Titre critique anglais : The girl married to the Devil
Résumé :
Voilà trois nuits que je n’ai dormi goutte en entendant la vipère siffler qu’il n’y a de bonnes fiançailles qu’une seule fois.
Comme Jeanne Le Guern allait à Guingamp, elle rencontre un gentilhomme, mais il avait des pieds de cheval.
– « A combien, Jeanne, avez-vous fait promesse ? ». – « A dix-huit, mais n’ai tenu parole à aucun. Vous serez mon mari, si vous le voulez ».
Dur le cœur qui n’eût pleuré chez le vieux Le Guern. Comme elle approchait de l’autel, elle était belle comme la fleur du poirier, quand elle lui tournait le dos, elle était noire comme Lucifer.
– « Ôtez-moi, mon manteau, ma ceinture de noce et mon anneau, ils me brûlent comme la braise ».
– « Sonneurs, y a-t-il eu beau jeu au banquet ? ». – « Jeanne Le Guern est perdue ». – « Voulez-vous la revoir ? ».
– « Oui ! S’il ne m’arrive aucun mal ».
Ils ont vu Jeanne Le Guern assise dans un siège de feu devant un bassin rempli de plomb fondu. Sitôt qu’elle eut demandé un chapelet aux sonneurs, elle est tombée dans le puits de l’enfer.

Thèmes : Aventures avec le diable ; Punitions exemplaires, pénitences exceptionnelles ; Propositions légères ou malhonnêtes acceptées
Comparaison entre versions :
Jannet ar Wern = Jannet en Tremarec = pennerez ar Wern.

Études

Versions (19 versions, 48 occurrences )

Renvois



Retour à la recherche
Contact Page Facebook