Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00466
Titre critique breton : An aotrou e vaouezed marvet en ur wilioudiñ
Titre critique français : Le seigneur aux femmes mortes en accouchant
Titre critique anglais : The Lord to women who died in childbirth
Résumé :
– « Petite Marguerite, je veux vous parler de mariage avec Pontplancoat ». – « Si vous me mariez, adieu aux danses et aux plaisirs ».
Trois mois ont duré les solennités de la noce. Quand une lettre est arrivée demandant au seigneur de se rendre aux États de Bretagne.
En songe, il voit sa femme en couches et fait atteler son carrosse pour se rendre la nuit même à Pontplancoat.
La baronne est en peine d’enfant depuis trois nuits. – « Courage, voici le pape de Rome, l’empereur, le duc de Bretagne pour parrain et la fille du roi pour marraine ». – « Nul autre que vous ne peut me rendre le cœur joyeux ».
Le chirurgien lui met une cuillère d’argent dans la bouche et fait une incision au côté droit.
– « Voici un petit fils dont j’ai plein les bras. Il ne lui manque que le baptême ».
– « Je voudrais voir mon fils baptisé et dix-huit brasses sous terre et sa mère bien portante. J’ai eu trois fils. Jamais mère ne les a mis au monde. Trois femmes du nom de Marguerite, toutes trois sont mortes. Marguerite Rohan, la dernière, celle-là me brise le cœur ».

Thèmes : Épisodes ; Mort, heure dernière ; Faits divers, épisodes de la vie quotidienne, société
Note :
[de Luzel] : Il y a des maisons nobles du nom de Pontplancoet en Plougoulm et Plougasnou (Finistère).

[de Penguern] : Baron Pontplincoat à Lanmeur, Plinchot à Tréguier et Camlez et M. de Roh-Penhoat à Taulé et Lannion.
Ar pab a Rom : cette expression semblerait indiquer qu’il en y en a eu deux à cette époque. Celui d’Avignon sans doute.
Gouverneurs de Morlaix : 1381 Jean de Penhoat. 1402, Jean de Penhoat, petit fils du Tort boiteux (et admiral de B.). En 1340, 42 ou 43, un évêque de Léon était oncle d’Hervé de Léon. Voir si ce ne serait pas Penhoat au lieu de Pontplincoat.
Marguerite de Rohan eût été la sœur de cet évêque cependant nous voyons en 1342, un évêque de Léon, nommé Gui, et oncle de Hervé de Léon. (D. Taillandier - Catalogue des év. De Léon, p. 40). Après Pierre de Guéméné et avant Guill. De Rochefort….
V. Etats de Rennes 1383
Guy de Léon 1343
Guerre de la succ. 1341

Jean de Penhoet, sgr de Fronsac s. Le Boîteux, gouv. De Rennes 1356.
Entre 1342 et 1349 dep. La mort de Pierre de Guéméné vers 1342, jusqu’à la soumission de Guill. De Rochefort 1349. Trois évêques contestés.

Comparaison entre versions :
Marguerite Rohan = Iliedik. (Son frère, évêque de Léon).
Seigneur de Pontplancoat (baron) = Baron Penhoat = baron Pomplincoat.

Versions (18 versions, 39 occurrences )



Retour à la recherche
Contact Page Facebook