Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-00847
Titre critique breton : An hini gozh
Titre critique français : La vieille
Titre critique anglais : The old woman
Résumé :
C’est la vieille qui est ma douce, c’est la vieille assurément.
La jeune est la plus belle, la vieille a de l’argent. En ville, c’est la jeune qu’on aime. La jeune est droite, la vieille, courbée...légère/lourdaude, cheveux blonds/cheveux blancs.
La jeune a teint de neige, elle est froide sans causerie ni regard, mais mon cœur fait tic-tac quand je frappe à son seuil.
Retire-toi, la vieille est cent fois meilleure. Les demoiselles ne font que se moquer des Bretons. La vieille est bretonne, la jeune est française. Si vous parlez mariage, parlez-moi de la Bretonne.
Bien qu’elle soit ridée, une pomme n’en a pas plus mauvais goût.
Quand elle serait vieille comme le monde, je lui passerais l’anneau.

Thèmes : Circonstances favorables, description de la maîtresse, conversations, rencontres ; Conseils d’autres personnes, autres conseils
Note :
Air et chant très ancien. On le trouve dans le manuscrit de M. du Botmeur, copie des œuvres du père Maunoir qui écrivait vers 1650. Celui-ci avait mentionné en marge : « faite par le démon et commune parmi le peuple ». Déjà !
Ce chant a été le prétexte de débats assez fumeux faute d’éléments et faute de pouvoir décider s’il fallait traduire « gallez » par « française » ou par « gallaise », ce qui selon la tendance donnait ou ne donnait pas au chant une connotation nationaliste.

Études

Versions (29 versions, 50 occurrences )



Retour à la recherche
Contact Page Facebook