Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits
Retour à la recherche

Caractéristiques du chant

Référence : M-01144
Titre critique breton : Marv eo ma mestrez
Titre critique français : Ma bien-aimée est morte
Titre critique anglais : My beloved girl is dead
Résumé :
Approchez, jeunes gens, écoutez mes lamentations. Morte est ma maîtresse, morte mon espérance. Adieu plaisirs et jeunesse. En une heure j’ai tout perdu.
Glaives, sabres, n’attendez pas, achevez mes jours que je puisse revoir ma maîtresse encore une fois au palais de la Trinité.
Je suis comme un pêcheur dont la barque sombre alors qu’il arrivait au port.
« Camarades, je ne puis résister. Priez pour mon âme que j’aille dans l’autre monde retrouver ma bien-aimée ».

Thèmes : La maladie ou la mort
Note :
A Poullaouen, la tradition orale de cette fin de XXe siècle dit que ce chant a été composé par Pier Fer, après la guerre 14-18.
Or, il s’avère qu’il était déjà connu de Luzel et Penguern au XIXe.

Études

Versions (6 versions, 11 occurrences )



Retour à la recherche
Contact Page Facebook