Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits

Généralités - Quelques définitions

Collecteur : C’est celui qui recueille les chants auprès d’interprètes.

Porteur de tradition : C’est l’interprète du chant, celui qui l’a transmis au collecteur.

Folklorisation : Processus par lequel une chanson se transmet par tradition orale et qui se traduit par la création de versions multiples de la même chanson.

Chant-type : Les catalogues de chansons sont basés sur la notion de chant-type. Deux chants appartiennent à un même type si elles disent la même chose de la même manière, c’est-à-dire traitent du même sujet, en utilisant des expressions comparables. Ce chant-type est identifiée par un titre critique.

Titre critique : C’est le titre donné à un chant-type.

Version : Une version correspond à une chanson collectée auprès d’un interprète, en un lieu et publiée par un « éditeur » (l’auteur de l’ouvrage qui a porté la chanson à la connaissance du public ou l’auteur du manuscrit où elle figure). Même si les informations concernant l’interprète et le lieu ne sont pas toujours mentionnées par l’éditeur, elles sont néanmoins à l’origine de l’existence de la version.

Occurrence : Une version a pu faire l’objet de plusieurs éditions (par le même éditeur dans des ouvrages différents, dans une anthologie, dans une édition écrite puis sonore, etc.). Il s’agit alors d’occurrences multiples de la même version.

Gwerz (pluriel Gwerzioù) : Les gwerzioù sont des chansons narratives à caractère dramatique. Selon les cas, il s’agit de chants sur des évènements historiques (guerres, révoltes, accidents…), ou traitant de sujets légendaires (par exemples vies de saints, épisodes miraculeux…) ou fantastiques (en relation avec la mort, l’enfer…), ou relatant des épisodes de vie, de destinées… Pour ce type de chant, on trouve souvent en français le terme « complainte » ou en anglais « ballad ».

Son (pluriel Sonioù) : Les sonioù correspondent à des thèmes plus légers. Ils traitent des sentiments (amour, rêveries, déceptions…) et l’auteur y est souvent acteur, des épisodes de la vie quotidienne, des sujets satiriques (vices, moqueries…), des poèmes à la gloire de personnes ou du pays. Mais, tout comme les gwerzioù, ce sont des chants à caractère plutôt narratif (la poésie pour la poésie est rare dans la chanson populaire bretonne).

Contact Page Facebook