Chansons de tradition orale en langue bretonne
dans les livres, revues et manuscrits

Généralités - Le catalogue Malrieu TO

Le « catalogue Malrieu TO » (TO = Tradition Orale) est différent du « catalogue Malrieu FV » (FV = feuilles volantes). Ces deux catalogues correspondant à deux types de corpus différents.

Ce catalogue TO correspond, au départ, à une thèse de doctorat en études celtiques : La chanson populaire de tradition orale en langue bretonne. Contribution à l’établissement d’un catalogue (Université Rennes 2 Haute Bretagne, 1998. Tome 1 : Présentation de la chanson de tradition orale en langue bretonne + bibliographie, 332 p. ; Tome 2 : Principes d’analyse et tris informatiques, 280 p. ; Tome 3 : Catalogue, 768 p.). Il a été conçu dès l’origine, vers 1980 (une époque où on ignorait encore qu’un jour la micro-informatique existerait), pour bénéficier d’un traitement des données en informatique sur un programme écrit par Georges Épinette.
Ce catalogue est consultable en bibliothèque universitaire ou à Dastum (16 rue de la Santé, 35000 Rennes). Il ne peut être considéré comme exhaustif et visait d’abord à tester une méthode de classement des chansons bretonnes de tradition orale. Espérons que sa mise à disposition publique sur ce site génèrera de nouvelles énergies afin d’y adjoindre les collections imprimées non encore traitées et le fonds inédit conservé à Dastum (environ 100 000 versions !).

Ce travail a ensuite été enrichi de nouvelles occurrences et précisions complémentaires par Didier Bécam (voir Crédits) qui a également transposé les données informatiques vers des bases de données adaptées à la mise à disposition sur Internet.

La proximité sur un même site de la base « Feuilles volantes » et de la base « Tradition orale » facilitera également le passage de l’une à l’autre, sachant que certaines feuilles volantes sont devenues traditionnelles ou qu’inversement des chansons traditions ont également été éditées sur feuilles volantes. Nous essaierons ultérieurement de mettre en évidence les liens à faire entre ces deux catalogues.

Notions de chant-type, titre critique, version, occurrence

Les catalogues de chansons sont basés sur la notion de chant-type. Deux chants appartiennent à un même type si elles disent la même chose de la même manière, c’est-à-dire traitent du même sujet, en utilisant des expressions comparables. Ce chant-type est identifiée par un titre critique et par une référence de type M-xxxxx.
Note : Les titres critiques ont été revus et peuvent être différents de ceux de la thèse.
Chaque collecteur ayant donné un titre à sa convenance au chant recueilli, ou titré selon l’incipit (incertitudes auxquelles il faut rajouter l’utilisation de graphies souvent improbables), il est nécessaire de donner un titre qualifié de « critique » afin de pouvoir regrouper les différentes variantes d’un même chant et faciliter les recherches.
Sans que cela soit une règle absolue, nous avons le plus souvent essayé de faire en sorte que ce titre soit significatif du contenu du chant. Mais parfois, certains titres sont devenus si connus qu’il a semblé préférable de les conserver en l’état (par exemple comment appeler le chant sur la submersion de la ville d’Ys autrement que Ker Is).

A cette notion de chant-type, il faut ajouter les notions de version et d’occurrence.
Une version correspond à une chanson collectée auprès d’un interprète, en un lieu et publiée par un « éditeur » (l’auteur de l’ouvrage qui a porté la chanson à la connaissance du public ou l’auteur du manuscrit où elle figure). Même si les informations concernant l’interprète et le lieu ne sont pas toujours mentionnées par l’éditeur, elles sont néanmoins à l’origine de l’existence de la version. Chaque version d’un chant-type est identifiée par un numéro (1,2, 3, …). Ce numéro sert uniquement d’identifiant et n’a pas de signification.
Une version a pu faire l’objet de plusieurs éditions (par le même éditeur dans des ouvrages différents, dans une anthologie, dans une édition écrite puis sonore, etc.). Il s’agit alors d’occurrences multiples de la même version. Les occurrences d’une version sont identifiées par une lettre (a, b, c, …) reflétant la chronologie d’édition des occurrences : l’occurrence « a » est la plus ancienne.

Contact Page Facebook